Festival accès)s( # 16 « Frontières & Projections »

L’édition 2016 du festival accès)s( présentera des œuvres et des pratiques qui se font cartes des différents états et logiques du monde contemporain. Elles proposent des projections alternatives et questionnent les frontières géographiques, sociales, technologiques, pour imaginer un Atlas ouvert, critique et poétique, ainsi que de nouveaux rapports à notre œcoumène*. La notion de « frontière » est donc envisagée comme un point de départ, afin d’en proposer des dépassements possibles, des extensions, des projections vers autre chose que la simple idée de séparation ou de barrière. Elle est explorée comme un espace de possibles, générant de nouvelles potentialités de réflexion.

 

affiche

 

Nombreux sont les artistes qui se sont emparés de la cartographie à la fois comme moyen de création, d’intervention ou de compréhension des sociétés et des territoires. Cette relation à la carte a été profondément renouvelée avec le développement des technologies numériques et des réseaux qui en ont transformé les enjeux esthétiques, politiques et scientifiques. Ces nouvelles façons de représenter et d’agencer l’espace génèrent de nouvelles spatialités, de nouveaux usages politiques et critiques et invitent à questionner notre façon d’être au monde comme nos moyens d’action.

À la fois témoins du présent et visionnaires des enjeux futurs, les artistes inventent des représentations alternatives du monde, à savoir des projections, telles des images poétiques, fictionnelles, spéculatives, mais aussi des gestes géométriques, scientifiques, qui proposent d’autres circulations du savoir et du sens. Comment ces documents esthétiques que sont les cartographies repoussent les frontières de la visualité et de la lisibilité des espaces du monde ? Comment redéfinissent-elles les notions d’image, de frontière et de territoire ?

Grâce à ces artistes et chercheurs qui font bouger les lignes de démarcations et les catégories artistiques, en travaillant à l’intersection de l’art numérique, des arts visuels et sonores, de la poésie, de la géographie, du documentaire et de la prospective, et qui renouvellent les relations entre art et science, théorie et pratique, nous vous invitons à des explorations qui tracent de nouvelles cartographies à travers l’espace et le temps.

* Partie habitable de la surface terrestre

 

 

– Un festival du 12 au 16 octobre 2016
Agglo Pau-Pyrénées

– Une exposition du 13 octobre au 10 décembre 2016
Le Bel Ordinaire — Billère

 

EXTRAITS DE LA PROGRAMMATION

* Playgroung
Cartographie, jeu video et dispositif numérique

À travers un dispositif numérique cartographique et des exemples de jeux (l’espace avec Space Invader en 1980, les maisons hantées avec Mistery House 1980, les guerres avec Battlezone en 1980), cet espace tente de montrer de quelle manière les territoires ont été pensé selon des logiques de dualité ami-ennemi, de menace, de conquête et de destruction ; ou bien comme lieu de production ayant pour modèle le schéma capitaliste des années 1990. Et face à cette constitution majoritaire, en quel sens la carte et le territoire ont-elles pu être explorées selon d’autres intentionnalités, telle l’imagination de la fantasy que l’on a vu apparaître avec les King Quest (1984-1989) ou bien l’inspiration poétique caractéristique de Myst (1993) ?

©warcraftII3_w

 

* Perfect Skin II – Grégory Chatonsky (France)

Une navigation à travers les collines et les vallées infinies du visage de Kim Kardashian. C’est grâce à un programme qui collecte, traite et filtre en temps réel toutes les photos Instagram de Kim Kardashian, que Grégory Chatonsky génère automatiquement un modèle de peau 3D, à partir de plus de 58 151 images de la star. En prenant comme sujet cette égérie des réseaux et de la télé-réalité, Chatonsky s’attaque à un reflet de notre époque marquée par une célébrité dénuée de talent tangible et une culture populaire adepte du vide. « Elle n’a pas de talent, elle n’a rien d’exceptionnel, elle est nul autre que notre propre conception, c’est-à-dire la façon dont elle est représentée pour nous », explique t-il. « Elle est tout simplement une peau étendue, tout est sur la surface. Il n’y a rien de regarder derrière».
En ce sens, selon Chatonsky, Kardashian est représentative des médias dans l’ère d’Internet : « Elle est comme une peinture abstraite qui ne représente rien sauf sa surface picturale ». Perfect Skin II dessine ainsi une topographie paradoxale de la platitude d’Internet à l’ère des réseaux sociaux et du relief de leur peopolisation.

perfect-skinII-face-2-3©gregory-chatonsky_w

© Gregory Chatonsky

 

 

* 46 ° 41’58.365 «lat. -91 ° 59’49.0128» de long. @ 30m – David Bowen (GB)

L’œuvre se réfère à l’emplacement de la source de données où la surface de l’eau a été recueillie pour cette série. Un véhicule aérien autonome planant 30 mètres au-dessus du lac Supérieur a capturé des images fixes de la surface de l’eau. Pour cette série, le véhicule a été déployé au même emplacement durant plusieurs jours et dans différentes conditions climatiques. Les images recueillies ont été converties en modèles en trois dimensions à l’aide de logiciels open source, puis découpées avec un routeur CNC en une série de cylindres. Ainsi, les mouvements dynamiques des vagues et des ondulations en constante évolution ont été suspendus selon une temporalité et un lieu précis et dans une forme transparente statique, tel un relevé géologique d’une matière changeante.

46°41'58.365_-LAT.--91°59'49.0128_-LONG.-@-30M(full)©David-Bowen_w

© David Bowen

 

 

* The left to die boat case – Forensic Architecture (GB – Allemagne)

Ce projet a été lancé à l’été 2011 pour soutenir une coalition d’ONG exigeant l’établissement de responsabilités dans la mort de migrants au large de la mer Méditerranée centrale, alors même que la région été étroitement surveillée par une coalition d’intervention en Libye dirigée par l’OTAN. Il dénonce ce que l’on nomme désormais « les bateaux-cercueils » dans lesquels soixante-trois migrants ont perdu la vie alors qu’ils dérivaient pendant quatorze jours au sein même de la zone de surveillance maritime de l’OTAN.
En détournant l’utilisation habituelle de technologies de surveillance, le déroulement des événements est reconstitué avec précision et montre comment les différents acteurs en présence dans la mer Méditerranée centrale se jouent de la complexité et de la superposition de juridictions pour échapper à leur responsabilité face au sauvetage de personnes en détresse. Ce travail a permis l’établissement d’un certain nombre de pétitions judiciaires déposées contre les États membres de l’OTAN.

THE-LEFT-TO-DIE-BOAT-CASE©Heller-Pezzani_w

© Heller Pezzani

 

 

* Un Atlas des priorités, cartographier les pouvoirs, cartographier les communs – Bureau d’Études (France)

Bureau d´Études (Léonore Bonaccini et Xavier Fourt ) propose un travail de recherche, de collecte et de mise en forme des structures invisibles de la société mondiale. Ils créent des cartes et des schémas qui donnent à voir la complexité des structures et réseaux qui gouvernent le monde. Ils présentent deux cartes inédites en France, accompagnée de l’édition « Un Atlas des priorités, cartographier les pouvoirs, cartographier les communs », un atlas politique, social et économique informant le public des structures de pouvoir socio-politique et d’activation des opportunités pour soi et la communauté.
En ce sens, il constitue un atlas pour une nouvelle citoyenneté émancipatrice. « Ce sont des représentations graphiques des différents systèmes de pouvoirs, politique, économique, ou médiatique, un travail colossal qui combine la richesse documentaire à la recherche esthétique pour tenter de rendre visibles « les paysages cachés » de notre société, comme les structures étatiques, financières, ou administratives ».

fichiers-bases-repertoires-sociaux-FR_w

 

 

PERFORMANCES

* Vaisseaux – Annabelle Playe, Marc Siffert & Gregory Robin (France)

Le vaisseau est ce qui transporte, c’est le corps et aussi ce qui se meut en nous, tels les vaisseaux sanguins. Vaisseaux propose un espace poétique au cœur du mouvement à travers un rapport dynamique entre image, musique et voix, ces dernières étant les vectrices d’un voyage à la fois intérieur, géographique et sidéral. C’est un aller-retour entre ce qui se déplace en nous et ce qui nous transporte au-delà, interrogeant le regard que nous portons à ce qui nous entoure, et la façon dont nous nous plaçons dans nos géographies physiques et intimes. Les images, essentiellement constituées de paysages marins tournés sur la côte d’Opale, sont systématiquement renversées au montage, troublant ainsi le regard que nous portons à ce qui nous entoure. Elles sont filmées par Gregory Robin sous une forme classique, puis déstructurées et travaillées comme la composition sonore à l’aide de la complicité d’Annabelle Playe, qui apporte son oreille musicale et sa sensibilité plasticienne.

© Gregory Robin

© Gregory Robin

 

* Les Heures Diluées – Cédric Pigot et Magali Daniaux (France)

De leurs derniers travaux en Alaska consacrés à l’archéologie, la géologie et le réchauffement climatique, travaillant sur des temporalités qui dépassent l’homme, le couple de plasticiens et poètes sonores nous propose une lecture performance des Heures Diluées. Guitare préparée, manipulation d’objets, musique électronique et la voix de Magali égrenant les mots d’un rituel autour d’un feu, en appelant aux astres, à la nature, aux animaux, aux hommes, à leur corps. Ce texte sera publié en avril aux Editions Supernova. Un vinyl contenant les cendres du feu (anomalie archéologique et trace pour le futur) qu’ils ont allumé à Kotzebue (nord de l’Alaska) a été publié sur la face A, tandis que la face B accueille un enregistrement studio des Heures Diluées à l’occasion de leur exposition au Musée d’Anchorage (Alaska/USA – mai 2016).

© Magali Daniaux et Cedric Pigo

© Magali Daniaux et Cedric Pigot

 

 

RENCONTRES

* Colloque cArtographie : représentations poétiques et critiques pour penser les frontières à l’ère numérique

En partenariat avec l’équipe d’accueil ITEM et la Fédération de la recherche « Espaces-frontières-métissage » de l’université de Pau ; l’équipe d’accueil Clare (Centre Artes) de l’université de Bordeaux-Montaigne.

 

 

CONCERTS & DJ SETS

* AGF (Allemagne / Finlande) – Live électronique

Compositrice, e-poète, vocaliste, AGF explore le potentiel de la voix-parole associée à la musique électronique. Auteure d’une vingtaine d’albums depuis les années 2000, cette allemande de l’Est installée en Finlande créée une musique chatoyante et lumineuse aux multiples textures sonores.
Inspirée par la nature, les mathématiques ou des textes poétiques anciens, ses compositions sont des paysages sonores ambiants.

© Ellie Chaney

© Ellie Chaney

 

* Frontières « Digital Vs Analogic » – Arnaud Rebotini & Christian Zanési (France)
Concert

Une rencontre improbable entre deux mondes musicaux séparés par une frontière finalement étroite qu’ils ont décidé de franchir. Le résultat n’est pas une hybridation mais une fusion ; nouvel alliage où le son puissant, rythmé et coloré touche profondément le corps et donne à l’esprit des images mentales inédites.
En live, Christian et Arnaud sont accompagnés de Zita Cochet à la création video et en charge de la scénographie. Cette création en temps réel s’articule autour d’un système de webcams disposées sur scène accompagnant le live pour plonger le spectateur au cœur de la création. Le projet Frontières est initialement une commande de création live du Centre Pompidou Paris et le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains.

© Cécile Labonne

© Cécile Labonne

 

 

Retrouvez l’ensemble de la programmation sur le site : http://acces-s.org

 

TAGS:

A LIRE AUSSI

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Muriel had written 234 articles for Magazine MCD