Gabey Tjon a Tham expose à Stereolux

En deux mouvements, simultanément cinétique et optique, l’artiste nous convie à un voyage hypnotique et tangible. Les simples lois de la physique, incarnées avec leurs évidentes précision et complexité comme avec leurs aléas, constituent cet étrange ballet organique, générant des phénomènes presque naturels, propices au songe et à la contemplation. Du vendredi 2 juin au dimanche 25 juin 2017.

gabey-tjon-a-tham-nomads-1

 

Formée à l’Académie royale des arts et au Conservatoire royal de La Haye, la Néerlandaise Gabey Tjon a Tham n’est pas une scientifique stricto sensu, comme l’espace d’exposition de Stereolux a pu en accueillir parfois. Et pourtant, les œuvres qu’elle crée font appel à des lois physiques fondamentales, inspirées de comportements et de modèles observés dans la nature.
Depuis 2012, cette jeune artiste prometteuse explore les relations entre l’humain, la nature et la technologie à travers des installations sensorielles intégrant différents matériaux. Basés à la fois sur le mouvement, la lumière et le son, ses ballets de sculptures mécaniques et organiques relèvent de l’expérience intime, et ne se dévoilent complètement qu’au bout de plusieurs minutes d’immersion – et même après coup, par un effet de persistance visuelle, voire auditive.

))))) Repetition at my distance

Noir complet. Seize tiges lumineuses bleues oscillent à une vitesse aléatoire, au sein d’un espace cubique, et répondent à des impulsions mécaniques rotatives. Le dispositif n’est pas sans rappeler Tripwire, l’une des premières expositions de la plateforme numérique de Stereolux, en 2012. À ceci près qu’ici, il ne s’agit pas d’une projection : les longs fils luminescents imaginés par Gabey Tjon a Tham sont bel et bien parcourus de lumière. Cette installation lumino-cinétique et sonore se veut une interprétation subjective du voyage du son à travers l’espace. Les tiges, en tournant sur elles-mêmes, créent des motifs à chaque fois uniques, comme les feuilles d’un arbre remuant au gré du vent. Elles livrent un spectacle hypnotique, tel un ballet organique, entre nature et mécanique.

TAGS:

A LIRE AUSSI

  • As Above So BelowAs Above So Below sur la terre comme au ciel C'est une nouvelle descente aux enfers que nous proposent les artistes multi-médias Gast Bouschet & Nadine Hilbert. Vidéo en noir et blanc, musique […]
  • Exhibit !Exhibit ! EXHIBIT ! Explorons les cultures numériques Scène de Musiques actuelles du Havre, le Tetris est porté par une équipe qui a toujours su croiser plusieurs disciplines artistiques, à […]
  • La Belle Vie NumériqueLa Belle Vie Numérique ceci n'est pas une exposition… À proprement parler, comme le proclame de manière intempestive le panneau d'infos à l'entrée de la Fondation EDF, il ne s'agit pas d'une exposition, même si […]
  • Réalités actuelle et virtuelleRéalités actuelle et virtuelle Luttes fratricides entre réalités actuelle et virtuelle dans la série Black Mirror
  • ELECTRON 2018ELECTRON 2018 Opération Phoenix pour le festival Electron… Après quelque temps d'incertitude, ce rendez-vous des cultures électroniques de Genève se métamorphose pour sa 15ème édition. Auparavant […]
  • Bains NumériquesBains Numériques BAINS NUMÉRIQUES Human Future La 10ème édition des Bains Numériques, la biennale internationale des arts numériques d’Enghien-les-Bains, se déroulera du 14 au 17 juin sous la bannière […]

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Muriel had written 234 articles for Magazine MCD