LENA

Évidemment le comparatif avec nos voisins allemands, Rhythm & Sound et Deadbeat en tête, s’impose. Juste pour situer le credo de Mathias Delplanque aka Lena car ses compositions ne souffrent d’aucun manque de personnalité. En douze morceaux, il démontre une fois encore, son talent pour composer du dub urbain, minimaliste, cliquetant, fumeux, "flottant" et un peu abstrait aussi. Du dub qui vibrionne sous l’effet d’une basse et d’une rythmique à l’aune desquelles on éprouve cette pesanteur du réel qui taraude tout saturnien qui se respecte… Comme il se doit, le tempo est profondément hypnotique ("Entomodub 1 remix"). Des effets, des arrangements ou la voix de Black Sifichi sur "Periphery (Take me there remix"), par exemple, entretiennent le suspense. On note aussi, au détour d’un titre, une collaboration avec Ghislain Poirier ou Hopen. Et puis, un peu comme Denis Bovell pour LKJ, Lena introduit des couleurs musicales inhabituelles (cf. "A troll’s trail"). Il s’aventure ensuite sur des chemins cahotants ("Transfer", "Déjà vu"), qui conduisent vers des territoires aux frontières incertaines, mêlant weird-breakbeats, samples, fragments d’electronica et éléments acoustiques ("Callings", "Nizamuddin station", "Ephémères"). Excellent. 

<www.soundsaround.net>

TAGS:

A LIRE AUSSI

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Laurent Diouf had written 465 articles for Magazine MCD