Game over culture
La culture des jeux vidéo

Né dans l’ombre des salles d’arcade, le jeu vidéo a poussé telle une mauvaise herbe sur le terrain des loisirs numériques : sulfureux, ignoré, pointé du doigt au moindre fait divers impliquant un ado adepte des shoot’em up, il lui aura fallu près de cinq décennies pour sortir de l’underground. Économiquement d’abord – l’industrie du jeu vidéo pèse des milliards. Socialement ensuite, avec ces « jeux sérieux » formant les militaires américains comme les coiffeurs du leader des cosmétiques. Culturellement enfin – il s’est infiltré partout, du cinéma à la musique, en passant par la scène et l’art.
Game over Culture, donc ! Un jeu de mot pour embrasser cette mutation vidéoludique – qui n’est pas toujours au goût de l’industrie. Si l’Amérique et le Japon se partagent le gâteau, les équilibres anciens sont mis à mal par la dématérialisation, les nouveaux supports (jeux mobiles) et les joueurs eux-mêmes. Game over Culture, donc ! Ces 120 pages d’enquêtes, de reportages et d’analyses démontrent que le jeu, au-delà d’une pratique culturelle majeure (1 h 08 par jour en France, 1 h 40 en Russie), est une culture à part entière.
À l’invitation de MCD, Poptronics, média des cultures électroniques, a dressé le panorama d’une planète jeux mutante, en prenant le parti (et le pari) des artistes et des indépendants.

REMERCIEMENTS
- Soutiens à la publication : Ministère de la Culture et de la Communication (SG / SCPCI), Région Ile-de-France
- Partenaire de la publication : Poptronics, Annick Rivoire
- Coéditeur : Digitalarti
- Partenaire associé à MCD : Orange

ACHETER:

  • PRINT
  • PDF