Mirage Festival – art, innovation et cultures numériques – à Lyon du 25 février au 1er mars 2015

Dolus & Dolus, association lyonnaise née en 2008 œuvrant dans le domaine artistique et culturel, organise depuis 2013 le Mirage Festival, première manifestation lyonnaise dédiée à la création contemporaine liée aux nouvelles technologies.
Pour cette 3e édition, le Mirage Festival poursuit ses missions d’explorations en invitant des artistes aux univers différents à présenter leur vision de la création liée aux technologies et à l’innovation sous toutes ses formes, des propositions artistiques innovantes, de par leurs propos mais aussi de par leurs modes de représentation.

 

affiche_MirageFestival

 

Evénement fédérateur aussi bien pour le public que les professionnels, le festival offre aussi des temps d’échange et de réflexion sur les enjeux soulevés par ces nouveaux modes de création. Dans cette logique, le Mirage Festival inaugure cette année un Open Creative Forum, nouveau pôle du festival au sein duquel sont proposés workshops, tables rondes et autres espaces artistico-collaboratifs.

 

L’inauguration du festival se déroulera le mercredi 25 février 2015 à 18h au réfectoire baroque du musée des Beaux-Arts de Lyon

Y seront présentées deux œuvres de Robert Seidel. Initialement imaginée pour le musée Lindenau d’Altenbourg en Allemagne, l’installation vidéo Folds (2011) habillera, le temps d’une soirée, les hauts-reliefs en stuc de Guillaume Simon (1671–1708) au réfectoire baroque du musée des Beaux-Arts. Les multiples couches de lumière projetées par Seidel viendront réveiller les souvenirs lointains des sculptures, leur redonnant ainsi vie, pour un instant.
Tandis que Folds s’intéresse aux sculptures dans leur singularité, Stains (2015), spécialement conçue pour le musée des Beaux-Arts à l’occasion du Mirage Festival, envisage le réfectoire baroque comme une entité unique. Grâce aux formes abstraites projetées sur les hauts-reliefs, l’artiste offre un nouveau visage au réfectoire, autrefois salle à manger de l’Abbaye bénédictine, et invite ainsi le visiteur à se réapproprier l’âme du lieu.

robert-seidel-fold_w

Folds de Robert Seidel

 

Temps forts dès le jeudi 26 février 2015 à 21h salle Garcin

Premières en France de Croix par Franck Vigroux et Antoine Schmitt (France), et de Paths End par Pierce Warnecke (Etats-Unis/France).

* Croix est une performance audiovisuelle dont la partie musicale, puissante et abrasive, est composée par le musicien Franck Vigroux. Les outils électroniques analogiques et numériques qu’il utilise lui permettent de produire une musique industrielle et noise aussi rythmique qu’atmosphérique. L’artiste plasticien Antoine Schmitt (non présent sur scène) a quant à lui conçu la vidéo générative de Croix. Ses visuels sont centrés sur la figure de la croix de Kasimir Malevitch, symbole de la conscience artistique. La figure elle-même est constituée de milliers de pixels, qui explosent dans l’espace en fonction des niveaux d’énergie du son. Dans le silence, ils reforment la croix. Le système génératif est connecté à la musique live pendant la performance donnant ainsi une lecture quasi littérale de la dynamique de la musique tout en étant le point fixe autour duquel elle évolue.

franck-vigroux-croix_ww

Croix de Franck Vigroux et Antoine Schmitt

 

* Paths End, de l’artiste pluridisciplinaire franco-américain Pierce Wanecke, dresse une cartographie fictive et fragmentée de sentiers qui ne mènent nulle part. La performance documente une expérience personnelle d’immersion intense, de désorientation et de peur dans la nature sauvage. Un processus qui cherche à s’éloigner des impacts de la civilisation sur la nature, jusqu’à être véritablement au milieu de nulle part.

Paths End de Pierce Wanecke

Paths End de Pierce Wanecke

 

Temps fort également, vendredi 27 février à 21h
aux Subsistances – Boulangerie

* La performance Projectors de Martin Messier (Canada).
Compositeur, performeur et vidéaste, Martin Messier s’intéresse aux relations entre l’image, le son et la musique électroacoustique qu’il aborde sous plusieurs angles : performance, live électronique, installation, vidéo, musique pour la danse et le théâtre. Ses œuvres ont été présentées par de nombreux festivals nationaux et internationaux dont Akousma, Elektra et Festival TransAmériques (Montréal), Bang on a Can (NY), Transmediale (Berlin) et Sonar (Barcelone, Chicago).
Avec Projectors, l’artiste canadien signe une oeuvre chirurgicale, où sont manipulés et triturés des projecteurs 8mm, éclairés par un projecteur numérique. À partir d’un travail sur l’éclairage et sur la re-synthèse de leur vrombissement ces projecteurs reprennent vie, hors de la salle de projection, pour se transformer en machines à bruits, étranges et explosives. Décalée, inusitée et incongrue, l’œuvre amène le spectateur dans un univers hors du temps, en se situant quelque part entre dialogue, rencontre et contraste technologique.

Projectors de Martin Messier

Projectors de Martin Messier

 

Le vernissage des installations se tiendra jeudi 26 février 2015
à 18h30

Les autres jours, accès vendredi 27 & samedi 28 février (14h – 19h) et dimanche 1er mars (14h-18h)  

* A la galerie Terremer : Timée de Guillaume Marmin et Philippe Gordiani (France)
installation-guillaume-marmin-philippe-gordiani-timee_w
* A l’atelier/galerie L’Abat Jour : PussykrewB | W | R + From Before Now
installation-pussykrew-bwr_w

* A l’espace ALTNET : Golem d’Arnaud Pottier (France)
installation-arnaud-pottier-golem_w
* Au Sunset Residence : Dream d’Ann-Katrin Krenz et Michael Burk – Kepler’s (Allemagne)
installation-ann-katrin-krenz-burk-michael-keplers-dream_w
* Au Sucre : Constellation 2.0 d’Adrien Boulanger, Yon Aliaga et Michael Ventura (Suisse – France)
installation-adrien-boulanger-yon-aliaga-michal-ventura-constellation_w

 

Du mercredi au samedi les explorations numériques vous invitent à découvrir toute une sélection d’artistes au Lavoir Public. Ces artistes nous dévoileront leurs œuvres, qu’elles soient sonores, visuelles, lumineuses ou festives dans ce lieu central, véritable laboratoire artistique du festival.  

* Screencatcher de Justine Emard (France)
installation-justine-emard-screencatcher_w
* La Chambre Rouge de Julien Grosjean (France)
installation-julien-grosjean-la-chambre-rouge_w

 

La soirée de clôture aura lieu dimanche 1er mars dès 19h30
au Transbordeur

Au programme :
* Kangding Ray (Raster-Noton) – live A/V (France). Pour David Letellier, compositeur conceptuel né en France et résidant à Berlin, plus connu sous l’alias de Kangding Ray, la combinaison de mélodies tout en crescendo et le son chargé d’émotions émis par les machines trace la voie d’une symphonie rythmique d’une incroyable beauté. La juxtaposition de l’organique et du synthétique, des instrumentations acoustiques et des rythmes numériques reflètent la large portée créative de Letellier.

kangding-ray-raster-noton_w

Kangding Ray

* Fulgent – live (France). Le Lyonnais Fulgent a un parcours bien particulier. 10 ans de piano classique, puis membre pendant plusieurs années d’un groupe no wave, indus et noise, il compose en parallèle des morceaux sur un Commodore Amiga (premiers ordinateurs permettant la MAO). Aujourd’hui c’est une techno lente, mélancolique, cinématographique et abrasive que nous propose cet artiste lyonnais pour un live 100% machine. Repéré récemment par Tsugi, le monsieur a partagé la scène du Trabendo avec Richie Hawtin & Matador en septembre dernier. Il mène en parallèle une production plastique, photographie et vidéo, régulièrement exposée et publiée.

Fulgent

Fulgent

 

Proposant une programmation hybride où se mêlent performances, installations et soirées, le Mirage Festival offre un reflet éphémère de ce que pourrait être la création de demain en invitant des artistes locaux, nationaux et internationaux.
Plus qu’une plateforme de diffusion, le Mirage Festival est aussi un espace de réflexion, de création et d’émulation réunissant professionnels, artistes et public autour de workshops, conférences et autre meeting créatifs et collaboratifs.

TAGS:

A LIRE AUSSI

  • Rencontres Bandits-Mages 2016Rencontres Bandits-Mages 2016 Si le Berry, terre secrète et paganiste, peut revendiquer des liens particuliers avec la sorcellerie, il était naturel que le comité de programmation des rencontres annuelles Bandits Mages […]
  • Gabey Tjon a Tham expose à StereoluxGabey Tjon a Tham expose à Stereolux En deux mouvements, simultanément cinétique et optique, l’artiste nous convie à un voyage hypnotique et tangible. Les simples lois de la physique, incarnées avec leurs évidentes précision […]
  • Le festival Présences électronique s’installe au Centquatre-ParisLe festival Présences électronique s’installe au Centquatre-Paris Des pionniers de la musique concrète aux artistes de la scène électronique actuelle française et internationale, plus de 20 artistes se réunissent au Centquatre-Paris les 14, 15 et 16 […]
  • La Coop retrouve L’Ososphère !La Coop retrouve L’Ososphère ! Née en 1997, L'Ososphère est un programme d’actions autour des cultures numériques et du renouvellement de la forme de la ville. Il se déploie dans le temps et dans l’espace urbain de […]
  • DataBit.MeDataBit.Me DATABIT.ME Porté par l'association TNTB, le festival d'arts numériques DataBit.Me a clôturé sa 6ème édition en ce début novembre sur de nombreuses performances, dans un joyeux […]
  • Scopitone 2017Scopitone 2017 SCOPITONE 2017 Cultures Électroniques et Arts Numériques Parcours, installations, performances, workshops, tables rondes, lives et DJ sets… Le festival Scopitone revient pour une 16ème […]

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Muriel had written 234 articles for Magazine MCD