MULTIMEDIA

SINE 234

Patrick Doan alias Defasten fait partie de la cinquantaine d’artistes multimédia dont nous avons brossé le portrait dans notre hors série consacré aux performances audio-visuelles. Pour l’occasion, il nous parlait de ses influences esthétiques et musicales, allant de Chris Cunningham, Aphex Twin, Autechre à la « musique de textures » (Fennesz, Tim Hecker), en passant par les films d’auteurs, les documentaires et la photographie. Concernant son travail, en perpétuelle évolution, il précisait s’inspirer d’idées politiques ou philosophiques tout en recherchant un équilibre entre ambiances brutes et poésie fragmentée (typographique et basée sur des images). Venant de sortir sur la plateforme collaborative C0C0S0L1DC1T1, Openland, sa collaboration avec le musicien Andrew Coleman plus connu sous le pseudo Animals On Wheels, concentre tous ces univers sur une bande-son parsemée de samples qui passe tour à tour de l’ambient-noise au post-rock, de l’électroacoustique au breakbeat… Se présentant comme un docu-fiction sur l’état du monde actuel et les dérives qui en découle, cette création vidéo incorpore des extraits d’interviews (aux propos souvent trop naïfs) en contrepoint du paysage digital qui défile sous yeux après une citation de Jean-Paul Sartre sur la responsabilité humaine… Un télescopage d’images, pour la plupart d’environnement urbain, baignant dans une atmosphère de teinte gris/bleutée dégageant une impression de « pré-apocalypse »… En bonus, deux petites vidéos complémentaires à l’esthétique urbaine et high-tech donc (« Body echoes », « Transrec »). Et des infos sur ce projet qui a été présenté lors de l’édition 2009 d’Elektra et sera projeté cette année dans de nombreux autres festivals.

Andrew Coleman & Defasten, Openland (CD + DVD, C0C0S0L1DC1T1). Info: www.cocosolidciti.com

ART SONORE

Finalement nous connaissons peu les initiatives artistiques de nos voisins européens (ne parlons même pas de pays plus lointains…). A l’heure de la mondialisation et du « temps-réel », de l’universalité supposée des nouvelles technologies, nous nous retrouvons toujours confrontés aux mêmes artistes venant des mêmes contrées; en général l’Angleterre, l’Allemagne, les États-Unis et le Japon. On comprend donc la motivation première de Svensk Musik (swedish music information centre), structure de documentation et promotion des musiques nouvelles en Suède. Largement axé autour de la musique contemporaine et du jazz, Svensk Musik soutient aussi des artistes multimédia à l’origine de créations audio-visuelles atypiques. Une série de DVD, simplement intitulée Sound Art : The Swedish Scene, nous présente leurs travaux. À chaque fois, quatre artistes sont mis en valeur. Ainsi, sur la troisième édition figuraient Liv Strand, Mathias Josefson, Anna Linder et Andreas Gavell Mohlin. Le quatrième volet nous fait découvrir « l’œuvre au noir » de Johannes Heldén (Cold Open), les étranges portraits de Nadine Byrne sur fond de drone synthétique et cliquetant (For Kate & Margaret, Minds Look Alike), les courbes sonores et bidouillages à la Raster-Noton de Mattias Petersson & Frederik Olofsson (Ström) et l’herbier fantomatique de Christine Ödlund (Stress Call of the Stinging Nettle). Vous noterez la stricte parité homme/femme toute scandinave…

Sound Art, The Swedish Scene III + IV (DVD, Svensk Musik). Info: www.mic.se

0101010101

Bizarre de voir les carrés, points, courbes et lignes de fuites matérialisant les différents éléments et phases du travail de RYOJI IKEDA couchés, figés sur papier. Les éditions Dis Voir publient en effet un livre, augmenté d’un CD, qui nous donne à voir, donc, les étapes successives des traitements et manipulations sonores qui interviennent dans Dataphonics. Une œuvre commissionnée dans le cadre du fameux Atelier Radiophonique de France Culture piloté par Philippe Langlois et Franck Smith. Au départ, il s’agissait de séquences de 6 minutes diffusées durant la saison 2006/2007. Ces pièces ont ensuite été rassemblées puis éditées pour ne plus former qu’un « final mix » aujourd’hui disponible sur ce livre-album. On précisera au passage que Dataphonics a aussi été entendu et vu, en parallèle, sous des « versions » voisines, en live (avec une diffusion multi-canal) et comme installation (avec projection / écrans). Cela dit, le CD restitue fidèlement le grain des bleeps, glitches et autres clicks qui virevoltent comme des atomes en « excursion ». Un son clinique qui correspond bien à cette démarche quasi-chirurgicale de Ryoji Ikeda qui dissèque littéralement chaque parcelle sonore (data) pour livrer une musique électronique fragmentée, en pointillé, dont la « partition » fait parfois penser à du morse… Impression renforcée par les « planches anatomiques » du livre, véritable « radio-graphie » de cette symphonie algorithmique.

RYOJI IKEDA, Dataphonics (CD + Livre, édition Dis Voir / collection ZagZig). Info: www.disvoir.com

Voir MCD #58: acheter ce numéro

TAGS:

A LIRE AUSSI

  • Gamerz 2017Gamerz 2017 GAMERZ festival des arts multimédia À la différence d'autres festivals dotés d'une programmation monolithique, Gamerz se structure autour d'un parcours d'expositions pensé comme un […]
  • Le festival Présences électronique s’installe au Centquatre-ParisLe festival Présences électronique s’installe au Centquatre-Paris Des pionniers de la musique concrète aux artistes de la scène électronique actuelle française et internationale, plus de 20 artistes se réunissent au Centquatre-Paris les 14, 15 et 16 […]
  • La Coop retrouve L’Ososphère !La Coop retrouve L’Ososphère ! Née en 1997, L'Ososphère est un programme d’actions autour des cultures numériques et du renouvellement de la forme de la ville. Il se déploie dans le temps et dans l’espace urbain de […]
  • Archéologie du LolcatArchéologie du Lolcat UNE ARCHÉOLOGIE DU LOLCAT Emblématique de la viralité, le LOLcat appartient pourtant à l'histoire des médias. Aujourd'hui, contrairement à l'opinion reçue, le LOLcat représente un enjeu […]
  • Julius von BismarckJulius von Bismarck Avec Image Fulgurator, Von Bismarck réintroduit le hasard, l’innocence, et la critique, dans une société où l’archivage hystérique est devenu la norme.
  • Horam\VRHoram\VR Entretien avec William Eldin, co-fondateur avec Damien Mulhem du studio de création Horam\VR, sur "la réalité de la réalité virtuelle".

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

MCD had written 626 articles for Magazine MCD