PIEMONT

L’intro est saisissante. Une sorte de hululement avec un tintement à la fin. Cela ne dure que 46 secondes, mais ça paraît démesurément long. Comme le trajet d’un ascenseur. Et puis, on recolle à la réalité sous l’injonction d’une rythmique qui gagne progressivement en force, aidée par une mélodie qui encadre le tempo qui reste hésitant ("Cages or snares"). On monte encore d’un cran avec "Lighter than seawater", assez décharné mais parfait pour les dancefloors intransigeants. L’ensemble des morceaux d’ailleurs très carré. Une structure qui n’exclut pas des mélodies parfois un peu plus prononcées (cf. "Digits died out") ou l’apport de percus ("Eyeshine"). Clubby et intelligent. Rare. Quatre titres ont été pressés en vinyl et l’édition digitale offre un bonus track ("Eat without eating").
<www.traumschallplatten.de>

TAGS:

A LIRE AUSSI

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Laurent Diouf had written 465 articles for Magazine MCD