Portraits audacieux et radiospectrale : les dispositifs sonifiés de Damien Bourniquel

En se réappropriant avec ses dispositifs « Les Portraits audacieux et radiospectrale » des principes et des outils existant de sonification d’images et de restitution visuelle, l’artiste Damien Bourniquel explore en mode databending prospectif de nouvelles formes de dialogue, d’échanges et de perspectives (installations, pratiques, performances) dans la dimension toujours en friche de la création audiovisuelle. 

 

11136274_10206955350941737_3570831313175730536_o—w

Les Portraits audacieux

 

N’avez-vous jamais rêvé de pouvoir concrètement « entendre » vos films ou photos ? Ou à l’inverse de pouvoir « lire » les musiques que vous écoutez ? C’est à cette double perspective, pensée de façon complémentaire, que conduisent les deux intéressantes pièces réalisées par l’artiste sonore et multimédia Damien Bourniquel et présentées durant une semaine dans les locaux de MCD/Ekluz à Paris à la fin du mois de mai.

 

Les Portraits audacieux

Développé en résidence de décembre 2014 à fin mars 2015 au Château Ephémère de Carrières-sous-Poissy et en partenariat avec MCD, « Les Portraits audacieux » expriment un étrange dialogue interposé entre son et image à partir d’un principe d’hybridation de fichiers informatiques développé avec le logiciel libre Audacity. Ce principe permet de voir un fichier son en lui attribuant une extension « .pdf » ou d’entendre une image en attribuant à son fichier l’extension « .wav ». Mais surtout, ce principe trouve dans le travail de Damien Bourniquel une résonnance plastique supplémentaire, s’articulant autour de l’intrigante réalisation de vingt 45-tours à écouter et à regarder sans modération.

11270307_10206999438283893_4271352620115035127_o—w

« J’ai proposé à vingt artistes sonores de participer au projet1», explique Damien Bourniquel. « A chacun, j’ai demandé une photo d’identité que j’ai ‘sonorisée’ par mon principe de traduction ‘audacieux’. Je leur ai ensuite renvoyés les fichiers sonores correspondants en leur demandant de me faire en retour deux plages de 2 minutes 30 que j’ai ensuite édité en 45-tours ».

11110060_10206999433443772_3146419242375454482_o—w

Et les choses ne s’arrêtent pas là. Chacun de ces vingt 45-tours disposent de sa pochette, harmonieusement accrochée au mur dans l’espace d’exposition aux côtés des deux platines vinyles permettant l’écoute. Une pochette qui n’est rien d’autre que la fameuse photo d’identité-source, forcément modifiée visuellement puisque bonifiée d’un nouveau principe actif de « lecture » son. « J’ai effectivement retraduit grâce à Photoshop les fichiers musicaux en une nouvelle image, un nouveau portrait », poursuit Damien Bourniquel. « En fait, il y a un aller-retour constant entre les deux médias. La trame que l’on voit sur la nouvelle photo d’identité correspond aux sons de l’artiste. Et quand on entend les parties hachurées dans le son, c’est en quelque sorte le son de l’image que l’on entend. » Autre point-clé, le système permet également un double archivage. « Si on scanne l’image, on obtient le son qui est sur le 45-tours et si on retransforme le son du 45-tours en image, on obtient le portrait modifié », détaille ainsi le concepteur.

11312847_10206999435763830_6102528570559111207_o_w

 

Radiospectrale

Habile complément de ses « Portraits audacieux » dont il partage les principes de sonification d’images, la pièce Radiospectrale introduit un principe de radiodiffusion live beaucoup plus actif, voire interactif. En effet, elle permet à tout un chacun, grâce à une application téléchargeable sur son portable/tablette – accessible via deux codes QR flashable durant l’exposition selon que l’on soit Android ou iPhone/iPad –, de restituer visuellement des sons que l’on écoute et qui ont été préalablement sonifiés à partir des images d’un film. « C’est un dispositif cinématographique adapté », précise Damien Bourniquel, qui utilise pour y parvenir un outil particulier, le sonagraphe, un outil d’analyse du spectre sonore, fréquemment utilisé par les musiciens et ingénieurs son, qui donne une représentation graphique fréquence-intensité en fonction du temps2. « Pour le premier véritable essai du dispositif, j’ai choisi le film La Jetée de Chris Marker car c’est un film réalisé en images fixes et que la correspondance semblait évidente. Ces sons étranges, comme venus d’ailleurs, générés par les images sonifiées, s’adaptent particulièrement bien au film dont l’histoire se situe dans le futur et parle de voyage dans le temps. J’ai donc sonifié les images en les décodant en sonagramme grâce au sonagraphe, puis je les ai diffusées dans un haut-parleur [NDR : dans sa version installation]. Des effets viennent souligner les correspondances entre sons et images : un écho répète un visage alors qu’un delay accentue le flou à l’image.»

11113387_10207008136701348_9141380202282147395_o_w

La Jetée de Chris Marker

Le fait que l’application de sonagramme permettant de retraduire le son en image soit facilement téléchargeable est un axe essentiel du développement du projet tel que Damien Bourniquel souhaiterait le voir grandir. « J’aimerais trouver une radio web pour permettre la diffusion de ce principe de transmission d’images sonifiées », s’enthousiasme-t-il. « Cela m’intéresserait vraiment de savoir comment les gens réagiraient à ce nouveau mode de visionnage, où les gens décodent depuis chez eux. Mais, je commence à réfléchir également en ce moment avec Laurent Carlier [du festival Vision'R et des soirées IRL du Centre Mercoeur] à la configuration d’une version live audiovisuel du projet. »

 

 

Hacking sonifié

A l’évidence, ces deux pièces s’inscrivent clairement dans le parcours de Damien Bourniquel. « J’ai beaucoup travaillé dans les domaines du databending et du glitch », reconnaît ce hacker sonore patenté, d’ailleurs membre du hackerspace parisien BlackBoxe « Il y a quelques chose de fascinant à pouvoir modifier avec des outils de databending des éléments-cibles d’un fichier, même d’un fichier Word. » Cet intérêt pour les techniques de sonification d’images puise d’ailleurs en partie sa source dans ses propres goûts et influences artistiques. « Je savais par exemple qu’Aphex Twin s’était déjà amusé dans le passé à cacher son visage dans des morceaux grâce à l’application Metasound. C’est le cas sur Windowlicker », dévoile-t-il. « En commençant à m’intéresser à ce type de dispositif, je me suis aperçu qu’il y avait eu d’autres expériences, comme celle du compositeur Edward Artemiev sur la bande-son de Solaris de Sergueï Tarkovski.3 »

11336815_10207008139101408_9205348188948629978_o—w

Mais cela ne l’empêche pas de réfléchir à différentes formes de déclinaisons à venir. « Avec « Les Portraits audacieux », je souhaiterais vraiment pouvoir monter un workshop pour que les gens puissent s’approprier le dispositif. J’aimerais bien aussi pouvoir éditer en plus grand nombre les 45-tours pour les vendre et les diffuser. Nous avons déjà développé avec les artistes un site internet, mais un véritable travail l’édition serait vraiment bien. Pour Radiospectrale, le principe de détournement d’un logiciel me plaît forcément, mais je ne souhaite pas vraiment créer un nouveau logiciel moi-même. Je suis plus intéressé par d’autres contenus possibles : un documentaire par exemple. Cela pourrait permettre, par la spécificité de ces images, de nouveaux types de sons. Cela pourrait permettre de jouer davantage sur les variations entre images et sons en fonction de la source. Le point positif, c’est qu’aujourd’hui, tant en termes d’outils logiciels – qu’il s’agisse de sonagraphe ou d’Audacity/Photoshop -, que d’outils de lecture écrans mobiles – smartphone, tablettes, etc.-, la technologie existe pour ouvrir toutes les perspectives. »

 

Laurent Catala

 

http://lesportraitsaudacieux.blogspot.fr/

http://radiospectrale.blogspot.fr

https://www.facebook.com/dbourniquel 

 

1_ Ces artistes sonores sont Arnaud Eeckhout, Arnaud Rivière, Aurélia Nardini, Aymeric lepage,
Azar (A.Carcone), Charles Pennequin, Didier Calleja, Duncan Pinhas, Emmanuel Rébus, Emmanuelle Gibello,
Erik Minkkinen, Florent Colautti, Julien Poidevin, Laurence Moletta, Matthieu Junquet, Pacal Marzan,
Patrick Vidal, Phil Von Magnet, Switch Groov Exp et Sigolène Valax.
2_ L'inventeur de ce procédé est l'ingénieur russe Yevgeny Murzin qui conçut à partir de 1938
le synthétiseur ANS, en hommage au compositeur Alexandre Nikolayevich Scriabine, un instrument
qui a pour particularité d'être joué au moyen de partitions optiques.
3_ En 1972, Edward Artemiev s'est servi d'un sonographe sur ce film. Il a dessiné des figures
sur une plaque de verre recouverte d'un mastic noir, que la machine a ensuite décodé comme
une série d'instructions musicales, produisant une superposition de fréquences pures dont
le déroulement suit le tracé de la plaque au fil de sa lecture par un groupe de cellules photo-électriques.

TAGS:

A LIRE AUSSI

  • Gabey Tjon a Tham expose à StereoluxGabey Tjon a Tham expose à Stereolux En deux mouvements, simultanément cinétique et optique, l’artiste nous convie à un voyage hypnotique et tangible. Les simples lois de la physique, incarnées avec leurs évidentes précision […]
  • Le Rêve des formesLe Rêve des formes Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains propose Le Rêve des formes, une exposition pour célébrer 20 ans d'utopie art/science.
  • Le festival Présences électronique s’installe au Centquatre-ParisLe festival Présences électronique s’installe au Centquatre-Paris Des pionniers de la musique concrète aux artistes de la scène électronique actuelle française et internationale, plus de 20 artistes se réunissent au Centquatre-Paris les 14, 15 et 16 […]
  • Chrones d’Organic Orchestra à Stereolux le 7 décembre prochainChrones d’Organic Orchestra à Stereolux le 7 décembre prochain Il y a deux ans, Ezra venait à Stereolux présenter Bionic Orchestra 2.0, un spectacle-performance dans lequel il triturait, à l’aide d’un gant interactif, les surprenants sons sortis de sa […]
  • La Coop retrouve L’Ososphère !La Coop retrouve L’Ososphère ! Née en 1997, L'Ososphère est un programme d’actions autour des cultures numériques et du renouvellement de la forme de la ville. Il se déploie dans le temps et dans l’espace urbain de […]
  • Evelina Domnitch & Dmitry GelfandEvelina Domnitch & Dmitry Gelfand LE VIDE ET LA LUMIÈRE Evelina Domnitch & Dmitry Gelfand Les installations d'Evelina Domnitch & Dmitry Gelfand ont pris possession du Lieu Unique à Nantes. C'est leur première […]

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Muriel had written 234 articles for Magazine MCD