X Media Lab

X MEDIA LAB
think-tank numérique

Évènement itinérant fonctionnant comme un think-tank réunissant les différents acteurs du monde numérique (artistes, médias, entreprises, chercheurs, etc.), X Media Lab met en avant les nouvelles stratégies économiques partagées, interagissant au cœur des réseaux portés par les nouvelles technologies.

X Media Lab, Sidney. Photo: © Ray Cash

X Media Lab, Sidney. Photo: © Ray Cash

Que les acteurs du grand réseau numérique travaillent ensemble induit tout d’abord qu’ils dialoguent ensemble. Une évidence qui a contribué à la création de la plateforme évènementielle X Media Lab, comme le décrit sa cofondatrice Megan Elliott. L’objectif de X Media Lab, c’est de créer un lieu de rencontre uniquement dévolu à aider les entreprises et les acteurs créatifs, soucieux de mettre sur le marché leurs idées et projets. C’est l’endroit pour discuter développement de concept, partenariats et pour avoir un accès direct à un réseau mondial de professionnels.

La notion de laboratoire y est essentielle dans la démarche collective du projet. Chaque session de X Media Lab se divise en deux : un jour de conférence pro, ouvert à tous et présentant une sélection des meilleures créations technologiques dans des domaines thématiques choisis ; puis les deux jours du Lab lui-même, qui réunit des entreprises sélectionnées et en mesure de travailler concrètement sur des projets avec l’aide de nos mentors, ou encore susceptibles de se mettre en relation avec d’autres participants ou entreprises concernées.

En complément, X Media Lab organise des masterclasses journalières, au profil plus technique, mais sa manifestation centrale itinérante reste le cœur de chauffe d’un projet valorisant l’émergence de nouvelles cartographies. Chaque X Media Lab comporte un thème spécifique : Transmedia en Suisse, The Wealth of Animation en Chine, Serious Games à Singapour. Nous avons à ce jour organisé 60 évènements dans le monde, dans 14 pays et 21 villes… Mais ce qui rend les évènements X Media Lab uniques, c’est le réseau professionnel qui en découle. Nous nous sommes spécialisés dans des réseaux à haute valeur-ajoutée qui réunissent les industries créatives émergentes en Chine, en Inde, au Moyen-Orient et en Asie. Ces pays sont porteurs d’une nouvelle cartographie prometteuse pour les nouveaux médias, car se sont les marchés en pleine croissance, avec des consommateurs jeunes et une vraie dynamique créative. C’est pour cela que le X est important. Il est relatif au principe de croisement de plateformes, de disciplines, de cultures, mais il représente aussi le signe que l’on trace sur une carte pour indiquer que s’y trouve un trésor !

Adeen Multimedia, Dunia Eicak. Photo: D.R.

Adeen Multimedia, Dunia Eicak. Photo: D.R.

Des mentors et des projets
En termes de fonctionnement, X Media Lab s’appuie sur de véritables mentors, des personnes-ressources capables de porter les projets et de relier les acteurs concernés. En dix ans, nous avons porté plus de 500 projets grâce à l’implication de nos mentors. On trouve parmi eux des profils très différents : des réalisateurs de films comme Shekhar Kapur (Elizabeth, Elizabeth The Golden Age), Raman Hui (Shrek 2) ; des hommes d’affaires comme Amin Zoufonoun, le directeur du secteur développement de Facebook ou Sri Amit Khanna, le directeur de la grande société de divertissement Reliance Entertainment ; des chercheurs et pionniers, comme Noah Falstein, créateur de jeux et père du concept de « serious games », aujourd’hui chef game designer chez Google, Susan Bonds, une des premières à avoir conçu des jeux en réalité augmentée, aujourd’hui cofondatrice et directrice de 42 Entertainment, ou Helen Papagiannis, autre expert en réalité augmentée.

À chacun de nos X Media Lab, nous convions d’autres mentors qui représentent davantage tous ces nouveaux marchés économiques en expansion, comme Shinta W. Dhanuwardoyo, le leader du secteur téléphonie mobile en Indonésie ou Neeraj Roy, fondateur et directeur de Hungama Mobile, le plus grand fournisseur de contenus numériques téléchargeables en Inde. Parmi les projets développés, certains ont déjà reçu un très grand succès populaire et commercial. Le projet Dirtgirlworld [un personnage féminin d’animation graphique décliné en différent support médias, dessin animé, etc. NDLR] par exemple, a été présenté lors de notre troisième X Media Lab à Melbourne en 2004. Il vient juste de gagner un Emmy Award l’an dernier.

La société Adeen Multimedia a su faire fructifier sa série animée télévisée Dunia Eicak à partir d’une idée achetée à un petit lab indépendant en 2010. C’est aujourd’hui la deuxième série animée la plus populaire en Malaisie. La série Good Game sur ABC a enregistré les plus gros succès d’audience cette année et dispose désormais d’une imposante communauté on-line. Il y a aussi ce nouvel instrument de musique appelé alphasphere qui a été présenté au X Media Lab de Bath en 2012 et qui s’est vu attribuer le prix du meilleur instrument du Georgia Institute of Technology aux États-Unis.

Galvin Scott Davis, Dandelion. Photo: D.R.

Galvin Scott Davis, Dandelion. Photo: D.R.

La première nouvelle graphique aborigène jamais publiée en Australie vient de voir arriver sa première application iPad. Dans le même registre, il y a le projet Dandelion, conçu par le créateur numérique Galvin Scott Davis au départ comme une application iPad pour les (jeunes) enfants confrontés aux violences à l’école, soutenu financièrement sur le site de crowd-funding Kickstarter, avant d’être racheté par un éditeur pour être publié sous forme de livre pour enfant.

Lors du plus récent X Media Lab en Suisse, la rencontre entre le studio de design numérique suisse ApeLAB et le designer/producteur Alex McDowell a débouché sur une collaboration qui est en train de prendre forme à la USC School of Cinematic Arts d’Hollywood. Bien sûr, beaucoup d’autres projets se mettent en place et nous espérons que de nouveaux vont encore émerger de nos prochaines séries de masterclass, dans le cadre du cycle X Media LAB EU qui se tiendra à Paris, Rome, Zurich et Londres, en présence du pionnier de la télévision interactive, récompensé par quatre Emmy Awards, Dan Herigstad.

Du TAZ au LAB
Au-delà des projets particuliers, la pertinence d’X Media Lab correspond aussi pour Megan Elliott au besoin exprimé par les nouveaux rapports créatifs entre l’entreprise et le chercheur ou l’artiste, susceptibles de développer une idée commercialement exploitable. Quand nous avons lancé X Media Lab il y a dix ans, il n’y avait pas encore d’incubateurs focalisant sur le média numérique ou sur les industries créatives. Il y avait très peu de lieux d’échanges qui réunissaient acteurs des médias traditionnels, des industries culturelles (cinéma, télévision, édition, mais aussi musées, galeries, artistes visuels, etc.) et professionnels du numérique ou autres sorciers technologiques. Initialement, les industries culturelles traditionnelles étaient assez réticentes au numérique, aux principes d’interaction, à la génération de contenus.

X Media Lab, Sidney. Photo: © Ray Cash

X Media Lab, Sidney. Photo: © Ray Cash

Elles désiraient garder leur pré carré en matière de subventions, de publicités, de sponsoring. D’un autre côté, tous les geeks de technologie digitale pensaient qu’ils allaient tout révolutionner et chasser ces vieux dinosaures. Tout a changé quand ils se sont aperçus qu’ils avaient besoin de rendre leurs contenus plus riches, de créer de vraies histoires avec l’aide de scénaristes, d’artistes. En dix ans, les choses ont d’ailleurs beaucoup changé, des villes comme Londres ou Paris ont vu les structures se multiplier. Aujourd’hui, l’accès à la création s’est démocratisé. Les différences entre créateurs, consommateurs et entrepreneurs se sont estompées. Toute le monde peut être concerné et c’est pourquoi il est important de focaliser avantage sur le rapport entre innovation et esprit d’entreprise, car savoir être réactif, novateur, comment créer une culture créative, ce sont des logiques d’entreprise. 


À l’origine, le projet répondait pourtant étrangement à une certaine logique expérimentale. Notre atout, c’est que tout le monde aime cette approche « Lab », très collaborative, basée sur l’échange. C’est un moyen de nouer des alliances stratégiques, mais aussi des amitiés. Quand nous avons monté le projet avec Brendan Harkin, nous avons fait le tour de nos idées : positionnement politique, rapport entre médias créatifs et philosophies des technologies, engagement résolu pour des perspectives internationales multiples, priorisation de l’idée d’expérimentation – d’où le Lab !

De tout cela, nous avons tiré une forme de territoire virtuel, un peu comme les TAZ (Zones d’Autonomie Temporaire) d’Hakim Bey, visant à dégager des nouvelles modalités d’échanges entre les producteurs créatifs de nouveaux médias, de nouvelles technologies, et des chefs d’entreprise qui pourraient porter leur projet à travers des modèles économiques durables. 
Si ce format X Media Lab est aujourd’hui populaire, Megan Stewart pense tout de même à l’améliorer, essentiellement pour des raisons pratiques. Il n’est pas toujours facile de se déplacer à chacun de nos rendez-vous autour du monde. C’est pour cela que l’on doit encore travailler sur l’amélioration pratique du travail en réseau, en partageant mieux nos connaissances et expériences on-line. Ce sera le défi de ces dix prochaines années : meilleur usage de la vidéo online, de l’interaction, des médias sociaux afin de mieux faire circuler l’information. Nous songeons aussi à développer des contenus dans d’autres langues que l’anglais.

Laurent Catala
publié dans MCD #74, « Art / Industrie », juin-août 2014

> www.xmedialab.com

xmedialab1

TAGS:

A LIRE AUSSI

  • Aalto Media FactoryAalto Media Factory AALTO MEDIA FACTORY
 Le Media Lab du Département Médias à l'Université d'Aalto Interview du Professeur Philip Dean, actuel responsable du Département Médias, Directeur de la Media […]
  • SINLABSINLAB Le SINLAB est un laboratoire expérimental unique situé en Suisse, œuvrant à la croisée des Arts de la Scène, de l'Architecture, de la Science, de l’Ingénierie et de la Philosophie.
  • Miguel Chevalier Miguel Chevalier MIGUEL CHEVALIER interview-portrait Miguel Chevalier, votre œuvre s’inscrit dans l’immense mouvement de flux et réseaux contemporain. Vous travaillez principalement sur l’outil […]
  • Judith DarmontJudith Darmont JUDITH DARMONT interview-portrait Venant de la peinture en 1990, grâce à des rencontres, j'ai commencé à faire des peintures sur ordinateur pour tester les premiers logiciels de palette […]
  • Science GalleryScience Gallery SCIENCE GALLERY
 Interview du Dr Michael John Gorman Michael John Gorman est le directeur de Science Gallery International, une  initiative créée grâce au soutien de Google et visant à […]
  • FurtherfieldFurtherfield FURTHERFIELD Depuis plus de 17 ans, les pratiques artistiques de Furtherfield établissent des passerelles entre la technologie et les mutations sociales. Au cours de ces années, nous […]

PARTAGER CET ARTICLE

  • Subscribe to our RSS feed
  • Share this post on Delicious
  • StumbleUpon this post
  • Share this post on Digg
  • Tweet about this post
  • Share this post on Mixx
  • Share this post on Technorati
  • Share this post on Facebook
  • Share this post on NewsVine
  • Share this post on Reddit
  • Share this post on Google
  • Share this post on LinkedIn

AUTEUR

Laurent Diouf had written 420 articles for Magazine MCD